Prépa Job, on lâche rien !

June 5, 2019

 

Pour les jeunes de Félix Pyat très éloignés de l’emploi, Lucile Ranger, booster territoriale d’Impact Jeunes a eu la bonne idée : réunir tous les acteurs de l’insertion professionnelle et les éducateurs du secteur pour concevoir un dispositif inédit qui s’est avéré vraiment efficace. 

 

Cette première session de Prépa Job - car il y en aura d’autres assurément - s’est déroulée l’hiver dernier sur une durée d'un mois, avec un programme spécifique aux 8 jeunes qui ont eu la chance d’y prendre part. Ces jeunes, « éloignés de l’emploi », n’étaient inscrits ni à la garantie jeunes, ni à Pôle Emploi ou la Mission Locale. Ils manquaient de motivation pour se lever le matin et construire leur avenir. Pas le goût de se poser les bonnes questions en termes de formation ou d’emploi.

Il a fallu beaucoup d’énergie de la part de leur booster et des différents intervenants pour mobiliser ces jeunes durant un mois complet avec un emploi du temps intensif mêlant des formations théoriques, pratiques et activités de développement personnel… jusqu’à les appeler le soir pour pallier les coups de mou éventuels et assurer leur présence le lendemain ! Mais ça valait le coup : le travail partenarial, notamment de la Mission Locale, Pôle Emploi, l’ADDAP 13, le centre social Leo Lagrange et le DAVEQE, a permis à ces 8 jeunes d’identifier le rôle de chacun de ces acteurs sociaux susceptibles de les accompagner désormais, et surtout, de reprendre confiance en eux.

 

Une des premières actions menées : apprendre à gérer l'administratif. « À 21 ans, à l’entrée de la vie active, il faut être à jour côté impôts, s’assurer de ses droits à la Sécurité Sociale, à la CAF… Pour ceux qui ont déjà travaillé, ne serait-ce qu’en mission d’intérim, ils peuvent accéder à des aides mais ne le savent pas forcément. Donc on a fait le point et préparé pour chacun une clé USB avec tous les documents nécessaires à leurs démarches futures », explique Lucile. Ensuite des modules leur ont permis de concevoir CV et lettre de motivation, formuler un projet et travailler leur posture de recherche d’emploi ou de formation. Par ailleurs, sur le mois, près de 50h ont été passées sur des chantiers pour se confronter concrètement au monde professionnel et percevoir une rémunération motivante. Enfin, des activités sportives ont permis de favoriser la cohésion de groupe et travailler la confiance en soi. « Le travail collectif est fondamental, chacun apporte quelque chose aux autres. On travaille des notions telles que l’esprit d’équipe et la solidarité, si importants dans le monde professionnel » conclut Lucile.

 

À travers ce dispositif, on a pu également constater les bienfaits de l’action partenariale des différents acteurs de l’emploi qui n’ont pas si souvent l’occasion de collaborer. Prépa Job devrait se poursuivre mais d’autres dispositifs semblables et destinés à d’autres publics pourraient également voir le jour…

 

 

Photo : Ben Ali et Djenna, participants de la première session de Prépa Job

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload